Quelles activités peuvent être créées avec le régime de l’auto-entrepreneur ?

Bien que le régime de l’auto-entrepreneur ou micro-entrepreneur  soit ouvert à grand nombre de personnes (étudiant, demandeur d’emploi, salarié, etc.) et leur offre une certaine souplesse concernant les formalités de création,  toutes les activités ne peuvent pas être créées avec ce statut. Voici les 3 principales catégories d’activités possibles en auto-entreprise.

Les activités commerciales

Le régime auto-entrepreneur est un régime simplifié appartenant aux statuts juridiques pour entreprendre SEUL comme le statut EI,  EIRLEURLSASU. Il existe des milliers d’activités ouvertes à ce statut mais,  selon leur classification, on retrouve les activités commerciales. Celles-ci concernent les métiers tournant autour de l’achat et la revente de marchandises, des denrées à consommer sur place ou à emporter (restaurant, cafétéria, salon de thé, brasserie)… Elles concernent également  la prestation de service rattachée au secteur commercial comme les prestations en hébergement de type hôtel ou gîte ou encore chambre d’hôtes, et celles des intermédiaires de commerce (agent commercial, commissionnaire, courtier).  Les auto-entrepreneurs qui exercent des activités  fondées sur le commerce doivent être immatriculés au RCS ou Registre du Commerce et des Sociétés.

Les activités artisanales

La seconde catégorie des activités ouvertes au régime auto-entrepreneur regroupe les activités de fabrication, de transformation et de réparation des produits qui nécessitent une intervention manuelle telle que la création de bijoux fantaisies et de vêtements, fabrication de produit frais… On note également les métiers de services tels que plombier, électricien, peintre en bâtiment, chauffagiste, les professionnels de la coiffure et de l’esthétique. Les acteurs en auto-entreprise artisanale doivent aussi être immatriculés au répertoire des métiers RM. En outre, ils sont tenus de respecter les réglementations relatives à leurs exercices, notamment la souscription d’une assurance professionnelle. Par ailleurs, le suivi du Stage de Préparation à l’Installation (SPI) consistant à la gestion d’auto-entreprise (réglementations, études de marchés, couvertures sociales, etc.) leur est désormais facultatif.

Les activités libérales

Les activités de nature libérale incluent généralement  les travailleurs libéraux appartenant à la CIPAV et qui vendent leur expertise. Elles rassemblent  entre autres les ingénieurs-conseils, les architectes, les experts automobile, les géomètres experts agricoles et fonciers, les économistes de la construction, le conseil aux entreprises et le coaching. Les activités libérales englobent aussi celles rattachées au régime de retraite des travailleurs Indépendants (ex RSI), qui sont les professeurs indépendants, les consultants, les dessinateurs, les designers, les moniteurs d’auto-écoles, les chiromanciens, les organismes de formation… Si une personne ne peut monter qu’une seule auto-entreprise, il est cependant intéressant de savoir que l’on peut cumuler à la fois ces catégories d’activités en régime micro-entrepreneur tout comme au régime EI et EIRL.

Je veux « faire » les marchés, comment m’y prendre ?
Comment créer un bon tableau de suivi de votre activité ?